«You rarely have time for everything you want in this life, so you need to make choices. And hopefully your choices can come from a deep sense of who you are.» – Fred Rogers

Ce matin, 1er janvier 2022, je reçois cette citation sur mon application WeCroak, qui partage quotidiennement une citation liée à la mort. L’application s’inspire d’une philosophie bhoutanaise : pour être heureux, il faut penser à la la fin de son existence cinq fois par jour. Souvent, les citations sont trop poétiques pour que je les comprenne – celle de M.Rogers m’inspire. Si vous avez suivi la série The Good Place, cette citation m’inspire la même conclusion, le même message. Je vous partage ci-dessous deux photos d’une séance boudoir où je mettais en beauté les modèles, organisée par mon amie photographe Caroline Fournier.

Merveilleuse séance boudoir...

Merveilleuse séance boudoir...

...du printemps 2021

...du printemps 2021

Les fins de cycle…

…me rendent toujours émotive, avec la pression de performance et une bonne dose d’existentialisme. À ma fête ou au nouvel an, il y a une chanson qu’il ne faut pas faire jouer : ‘Ce n’est qu’un au revoir’. La scène du décompte d’année de Forrest Gump me revient aussitôt en mémoire. La mélancolie m’envahit – j’ai aussitôt l’impression de manquer de temps, d’en avoir gaspillé. Je regarde vers l’année qui vient de passer avec un regret indéfinissable, alors que foncièrement, rien de mal ne m’est arrivé, et je ne me remémore aucune grande erreur.

Mon début d’année a été languissant. J’ai eu une soudaine accélération en juin, lorsque j’ai découvert le podcast Les Ambitieux, qui résume des livres de croissance personnelle. Je me rendais à mes mandats de maquillage et de coiffure en le faisant jouer dans la radio de ma (nouvelle) voiture. J’avais de quoi structurer mes pensées, voir mes ambitions sous de nouvelles lentilles. En décembre, j’ai enfin senti que je mettais le doigt sur le noeud du problème, après une enrichissante discussion avec le photographe Gabriel Rancourt, puis en lisant No Excuses. D’autres rencontres se sont bousculées et je me suis impliquée auprès de deux membres de ma famille pour structurer leurs projets. Aider à dépasser les écueils d’organisation de gens proches de moi m’a beaucoup appris sur mes propres habitudes.

Je souligne...

mes réussites, d’allure minimes, mais mini-révolutionnaires dans mon quotidien : entre hier et aujourd’hui, j’ai supprimé environ 600 courriels. Je ne les ai pas ouverts un à un pour vérifier si je risquais d’oublier une information, si je manquais de faire une relance. Je fais des mandats différents à chaque semaine, dans des lieux différents, sur des modèles différents, avec des équipes de travail différentes. C’est un encombrement qui sous les allures de perfection cache sa vraie nature, les peurs d’être prise en défaut et de manquer de quelque chose. La peur n’est jamais une bonne guide.

Cet article vous a plu?
Partagez le sur Facebook
15 Fév

Non à l’effet emplâtré!

février 15, 2022

Avant de démarrer un maquillage, je demande à mes client(e)s ce que je dois éviter. La majorité des femmes me répond « Je ne veux […]

en savoir plus
10 Fév

Semaine gratuite pour travailleuses de la santé et services sociaux

février 10, 2022

Du 28 février au 6 mars,  j’invite toute travailleuse de la santé et des services sociaux de la ville de Québec à recevoir un maquillage […]

en savoir plus
1 Jan

Bienvenue à 2022

janvier 1, 2022

«On dispose rarement de tout le temps dont on aurait besoin pour faire tout ce qu'on voudrait dans la vie, alors il faut faire des choix. Je souhaite que ces choix reflètent ton identité profonde.»

en savoir plus