Comme les productions culturelles et les projets commerciaux redémarrent en force ce printemps, je prépare plusieurs devis. Mes clients me demandent combien de temps faut-il prévoir, afin de bien coordonner à l’avance le déroulement des mandats.

Je connais mes temps pour les services (de 20 à 50 minutes, selon le genre et la spécificité du besoin). Mais de combien de temps ai-je besoin pour installer ma station? Depuis le début de la pandémie, je sais que les étapes se sont multipliées et que je prends plus de temps. Mais combien, exactement?

12h11 : J’arrive.

Le local est identifié : CCM (Coiffure Costume Maquillages). Ainsi, je gagne du temps puisque je n’ai pas besoin de trouver un responsable pour me confirmer le lieu prévu pour moi. C’est l’hiver : j’enlève mon manteau et mes bottes et je mets mes souliers d’intérieur. Je place mes sacs aussi loin que possible de la station dans la même pièce.

Désinfection des surfaces : 9 minutes

12h14 :
Je sors mon désinfectant, un chiffon, une débarbouillette et de gros gants de vaisselle. Je lave mes mains, enfile mes gants, vaporise mon chiffon et désinfecte les comptoirs, le lavabo et les poignées.

Le gros défi est le suivant : pour que le désinfectant fonctionne pleinement, il doit agir pendant 3 minutes. Donc, mon chiffon doit être suffisamment mouillé pour garder les surfaces humides pendant 3 minutes. Il ne faut pas non plus garder les surfaces mouillées entre deux couches, au risque potentiel de les abîmer. Alors, dès le 3 minutes passées, j’essuie au sec avec une débarbouillette épaisse et sèche.

12h18 :
Je me rappelle avoir lu hier que dans la routine de désinfection, il faut aussi nettoyer chaise et miroir. Ils sont visiblement propres, mais il est de ma responsabilité de le garantir. Je remouille mon chiffon et essuie.

12h21 :
Le miroir est maintenant plein de stries de séchage. (Grrrr.) Je mouille mon chiffon à grande eau et essuie avec la débarbouillette. Ouf – ça fonctionne.

Disposition des trousses et PPE : 9 minutes

12h24 :
Je sors mes nappes de plastique, les essuie avec la même solution. Je déroule et fixe un petit sac à déchets sur le rebord du comptoir. (Il y a déjà une poubelle, mais elle est drôlement conçue et je risque de frôler ma main sur le rebord à chaque fois que je l’utilise. Elle est aussi très petite. Alors, j’ajoute la mienne.) J’enlève mes gants et me lave les mains.

12h26 :
J’ouvre la pochette principale de mon plus gros sacs, sors et installe mes cinq trousses. Il y a :

  • la trousse d’applicateurs jetables (cotons-tiges, mouchoirs, boules pour les poudres, éponges, houppettes velours, moules en papier, brosses à mascara, applicateurs mousse, serviettes de papier);
  • la trousse de palettes, principalement des poudres pressées (teint, ombres à paupières, blushes clairs et foncés);
  • la trousse de mascaras, de crayons, de cache-cernes et de faux-cils;
  • la trousse de soins de la peau, avec deux palettes de couleurs crémeuses (fonds de teint et rouges à lèvres);
  • la trousse de coiffure : brosses, peignes, élastiques, accessoires, produits coiffants fermes.

Je les dispose autant que possible dans le même ordre que d’habitude (du premier au dernier à être utilisé) dans l’espace disponible. Comme l’espace est réduit, dès que je veux déplacer un item, je dois en déplacer deux autres.

12h28:
Je sors mon savon d’une des trousses : c’est une version apaisante, qui me permet de me laver très souvent sans faire fendiller ma peau. Je me relave les mains.

12h29:
Je sors et place mes 3 petits bacs vides, deux pots à crayons, un pot avec mes outils de métal (pinces, ciseau, coupe-ongles, recourbe-cils, etc.), une mini-horloge, une minuterie et deux grandes assiettes de plastique. Le premier bac isolera les items de ma cliente (masque, cellulaire, papiers, etc.). Le deuxième bac accueillera les produits de maquillage touchés. Le troisième bac recevra les produits de coiffure touchés. La première assiette me sert à disposer mes applicateurs jetables en usage, et la deuxième assiette, mes chiffons de désinfection et mes gants protecteurs.

12h30 :
Je mets mes lunettes de protection et je les ajuste pour qu’elles soient confortables et touchant à ma peau pendant tout le service. J’ai déjà appliqué mon ruban autocollant entre ma peau et mon premier masque à la maison, donc je n’ai pas de problème de buée. Je place ma visière à portée de main – je la mettrai à l’arrivée de la cliente.

12h31 :
Je déplie deux serviettes de papier : l’une établit mon espace de travail, l’autre sera repliée de façon à couvrir hygiéniquement le bac qui accueille les possessions de ma cliente.

12h32 :
J’ouvre les trousses, je les repositionne pour libérer l’accès aux prises électriques et aux interrupteurs. Je replie les couvercles pour un accès facile.

Ouverture des trousses : 14 minutes

12h33 :
Je sors quelques contenants de mes trousses, afin qu’ils soient plus accessibles : mon petit bac de 8 poudres libres, mes essentiels de soins de la peau (alcool, eau micellaire, gel désinfectant, etc.), mon compact d’élastiques et d’épingles, mon compact de cires et pommades, mes fonds de teint liquides, mon bac de pinces à cheveux.

Mon principe est le suivant : à partir du moment où ma cliente arrive et que je pose mon pinceau ou mes doigts sur son visage, chaque item que je touche est considéré comme contaminé. J’imagine le virus comme une fine surface de paillettes sur mes mains et mes outils. Ainsi, je m’efforce de toucher le moins d’items possibles, surtout les manipulations inutiles comme de pousser un item pour accéder à un autre. Si quelque chose n’est pas facilement accessible, je devrai désinfecter à la fin de trois à quatre fois plus d’items et de surfaces que nécessaire.

12h34 :
Je sors mes quelques items supplémentaires aujourd’hui : trois sprays (protection thermique, tenue légère, tenue forte) et des rouges à lèvres liquide longue tenue. L’espace est serré – je veux les éloigner le plus possible des globes qui chauffent, car ces deux catégories de produits sont inflammables. Je repositionne quelques éléments.

12h36 :
Je sors mon écran-lampe de maquillage et le fixe au miroir avec sa ventouse, en déroulant le fil électrique.

12h37 :
Je sors mes pinceaux prévus pour cette cliente et les dispose dans le premier pot à crayons (je les déposerai dans le second lorsque je les aurai utilisés).

12h38 :
Je déroule et fixe au sol avec du l’adhésif de peintre mes rubans de distanciation.

12h39 :
J’installe mon fer plat : je déroule mon tapis protecteur thermique et allonge le fil pour le brancher.

12h42 :
Je vérifie ce qu’il me reste dans mes sacs : mon sac prévu pour pinceaux sales, mon sac prévu pour palette de travail sale. Je les insère sur le comptoir entre deux trousses.

12h43 :
Une seconde personne passe, s’arrête, observe mon ruban de distanciation au sol. Nous nous reconnaissons – c’est mon client d’un mandat précédent à ce même endroit! Nous discutons 3 minutes.

12h46:
Je bascule les palettes sur leur côté, de façon à pouvoir en saisir une à la fois, sans toucher aux autres. Même chose pour mes brosses et peignes.

12h47 :
Je suis prête. Officiellement, il m’a fallu 36 minutes pour m’installer. J’ai travaillé à vitesse grand V – l’absence de la cliente a été bénéfique à mon processus, comme je pouvais me concentrer à disposer ma station sans me concentrer également à converser.

Bonus : pré-échantillonnage de produits (12 minutes)

12h48 :
Je vérifie encore si je peux améliorer quelques détails : qu’est ce que je peux déjà mettre en place pour gagner du temps lors du service? Je place dans mon bac de pinceaux prévus ce que je m’attends très fortement à utiliser : un choix de deux mascaras, un khôl noir, deux médiums de mélange, deux rouges à lèvres neutres.

12h49 :
Je place mes spatules de prélèvement et de mélange dans le pot de pinceaux utilisés, pour les mettre en évidence.

12h50 :
Je mouille une rondelle de coton, sors une lingette exfoliante, imbibe d’alcool un coton carré.

12h52 :
Je tire mon miroir à main sa pochette protectrice : il pourrait être pratique pour voir l’arrière des cheveux.

12h53 :
Je positionne ma pince à épiler, mes ciseaux et mon recourbe-cils pour qu’ils soient faciles d’accès.

12h54 :
Je pré-échantillonne sur ma palette un exfoliant à lèvres, un baume à lèvres et une crème hydratante.

12h55 :
Je vais aux toilettes. Je bois de l’eau.

13h :
Je place trois gouttes de fond de teint (clair, moyen, foncé) dont je pourrais me servir, directement ou en les mélangeant à sa teinte confirmée.

Lorsque ma cliente arrive : les touches finales (2 minutes)

13h02 :
Ma cliente arrive. Elle me redonne quelques informations suite à ma consultation préliminaire (dans ce cas-ci, à propos de la coiffure souhaitée). Elle doit toutefois se changer avant le maquillage, comme sa robe s’enfile par le haut. Pendant son absence, j’installe ma visière.

13h04 :
Ma cliente finit de s’habiller. J’en profite pour disposer trois couleurs de plus, dont je pourrais potentiellement me servir. Je me relave les mains.

13h05 :
Nous commençons le service.

En résumé

La pandémie accroît les besoins en espace et en temps pour une installation efficace. À défaut de fournir de plus grands budgets, j’encourage les clients à prévoir de grandes tables et à permettre une arrivée hâtive, comme dans mon cas aujourd’hui.

Cet article vous a plu?
Partagez le sur Facebook
28 Juin

Pourquoi et quand, le pourboire?

juin 28, 2022

J’étais visiblement tombée sur le plus gentil employé du magasin. Profitant de son absence, j’ai sorti mon portefeuille et...

en savoir plus
15 Fév

Non à l’effet emplâtré!

février 15, 2022

Avant de démarrer un maquillage, je demande à mes client(e)s ce que je dois éviter. La majorité des femmes me répond « Je ne veux […]

en savoir plus
10 Fév

Semaine gratuite pour travailleuses de la santé et services sociaux

février 10, 2022

Du 28 février au 6 mars,  j’invite toute travailleuse de la santé et des services sociaux de la ville de Québec à recevoir un maquillage […]

en savoir plus